Travaux

Travaux d’économie d’énergie : tout ce que vous devez savoir

Les travaux d’économie d’énergie ne sont pas réservés aux propriétaires occupants. Réalisés au sein d’un bien en location, ils peuvent vous permettre d’optimiser votre rendement locatif. Zoom sur l’intérêt de cette opération de rénovation et sur les aides aux travaux de rénovation accessibles aux propriétaires bailleurs, dont l’aide de l’Anah (Agence nationale de l’habitat).

 

L’essentiel du dossier :

  • Comprendre l’intérêt des travaux d’économie d’énergie pour un logement en location
  • Connaître les types de travaux à effectuer sur le logement loué
  • Découvrir les aides aux travaux accessibles aux propriétaires bailleurs

 

L’intérêt des travaux d’économie d’énergie pour une location

Outre l’intérêt évident pour la préservation de l’environnement, effectuer des travaux d’économie d’énergie dans votre logement en location revient à augmenter votre rendement locatif.

  • En effet, sur le marché de la location, et en particulier dans les secteurs très concurrentiels, une mauvaise étiquette énergétique est un sérieux point faible. À l’opposé, un logement affichant une excellente performance énergétique se louera bien plus facilement et plus cher, les locataires étant assurés de pouvoir minimiser leur consommation d’électricité et de gaz, et donc de réduire leurs factures.
  • De plus, un logement bien isolé procure un environnement confortable, qui incitera vos locataires à rester une fois qu’ils y seront installés. Ce qui diminue le risque de vacance locative.

N’oubliez pas que, depuis janvier 2011, toute annonce immobilière doit indiquer l’étiquette de performance énergétique du logement obtenue grâce au diagnostic obligatoire de performance énergétique (DPE). Si la note énergétique de votre bien est mauvaise, vous ne pouvez donc pas le cacher à vos futurs locataires !

 

Quels types de travaux de rénovation énergétique effectuer dans une location ?

Les travaux d’économie d’énergie concernent trois points :

Le chauffage L’isolation thermique La qualité de l’air
Le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire sont les postes les plus importants en termes de consommation d’énergie. Un système de chauffage non énergivore et bien calibré permet donc de réduire considérablement les factures. Renforcer l’isolation thermique de votre logement en optant pour des isolants d’origine végétale, minérale ou des isolants recyclés permettra à votre locataire de faire d’importantes économies en termes de chauffage et de climatisation : les fuites de chaleur seront moindres l’hiver et l’appartement restera plus frais l’été. Un puits canadien associé à des dispositifs performants de ventilation (VMC double flux, pompe à chaleur) permet d’améliorer la circulation de l’air et d’éviter d’avoir à ouvrir en grand les fenêtres en plein hiver ou en pleine canicule pour aérer le logement.

 

Concernant l’isolation, il s’agit de rénover/réparer les zones mal isolées qui entraînent des déperditions de chaleur conséquentes, comme : les murs, les fenêtres, portes et autres ouvertures, le plancher, le toit et les ponts thermiques (points de jonction où l’isolation n’est pas continue).

 

Le saviez-vous ? 35 % des locataires français trouvent leur propriétaire "mauvais" pour tout ce qui concerne l’efficacité thermique de la location. Découvrez l’intégralité de l’étude sur l’isolation thermique dans les locations.

Les aides aux travaux de rénovation énergétique

Différentes aides aux travaux de rénovation énergétique sont accessibles aux propriétaires bailleurs.

 

L’aide de l’Anah pour les propriétaires bailleurs 

L’Anah propose une aide financière aux propriétaires bailleurs qui souhaitent améliorer l’étiquette énergétique de leur bien de plus de 15 ans, à condition que l’opération permette un gain de performance énergétique d’au moins 35 %.

Cette aide peut atteindre :

  • 25 % du montant total des travaux HT, pour un maximum de 187,50 € par m² et dans la limite de 15 000 € par logement ;
  • complétés par 1 500 € de prime « Habiter Mieux ».

En contrepartie de ce coup de pouce, vous devrez vous engager à louer votre bien à des personnes aux ressources modestes, en pratiquant un loyer abordable, sur une durée minimale de neuf ans. Ce qui vous permettra de bénéficier, en plus, d’une réduction d’impôts sur vos revenus fonciers.

 

L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ)

L’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ) est accordé aux propriétaires bailleurs de logements construits avant janvier 1990. Il est destiné à financer :

  • un bouquet de travaux (isolation thermique de la toiture, des murs, des fenêtres, installation d’un nouveau système de chauffage…) ;
  • des travaux de réhabilitation du système d’assainissement privé du logement ;
  • ou des travaux permettant d’atteindre une meilleure performance énergétique globale.

 

Accessible jusqu’au 31 décembre 2018, l’éco-PTZ permet d’emprunter jusqu’à 30 000 €, remboursables sans intérêts sur une durée maximale de 15 ans.

À noter qu’un deuxième éco-prêt à taux zéro peut être demandé pour le même logement dans un délai de trois ans à compter de la souscription du premier prêt, à condition qu’il serve à financer d’autres travaux et que le montant cumulé des deux emprunts ne dépasse pas 30 000 €.

 

La TVA réduite sur les travaux

Les travaux d’économie d’énergie engagés sur votre bien en location bénéficient d’une TVA réduite à 5,50 % (contre 20 % normalement). Pour en profiter, votre logement doit être âgé de plus de deux ans.

 

Les aides locales pour vos travaux

Si vous envisagez d’effectuer des travaux d’économie d’énergie, n’hésitez pas à vous rapprocher des collectivités locales (commune, département, région). Des aides supplémentaires ou une exonération de taxe foncière pourraient vous être accordées.

Le saviez vous ?

Le saviez vous ?

Depuis fin 2009, un bailleur peut demander à son locataire de l’aider à financer des travaux de rénovation énergétique en lui reversant une partie des économies de charges locatives. Cette contribution du locataire aux travaux d’économie d’énergie se met en place en concertation avec le locataire, qui doit notamment être d’accord sur son montant et sa durée.

Vous voulez devenir un expert et réussir votre projet de location ?

Tout le mag e-gérance

E-gérance newsletter

Recevez tous les mois l'actualité de l'immobilier et les informations essentielles pour gérer votre location comme un pro