Louer son bien

Comment effectuer le calcul de la solvabilité d’un locataire ?

En tant que propriétaire, votre enjeu principal est de maîtriser les risques liés au locataire. Ces risques peuvent être de deux sortes : risques de loyers impayés et risques de dégradation du bien. Avant de louer votre logement, le calcul de la solvabilité du locataire peut être effectué, pour diminuer les risques liés aux loyers impayés. Grâce à des ratios précis, vous pouvez déterminer la capacité locative de vos locataires potentiels, et ainsi réaliser le bon choix pour améliorer la rentabilité de votre investissement immobilier.

 

L’essentiel du dossier :

  • Comment calculer la solvabilité d'un locataire
  • Les justificatifs à demander à un locataire pour calculer sa solvabilité

Pourquoi la solvabilité d’un locataire est-elle déterminante ?

Dans certains cas, des propriétaires doivent faire face à des locataires de mauvaise foi, qui refusent de respecter leurs obligations, malgré le risque de rentrer dans une longue procédure. Cependant, dans d’autres situations, des locataires de bonne foi n’arrivent tout simplement pas à payer leur loyer faute de moyens suffisants. Effectuer le calcul de la solvabilité du locataire vous permet de savoir si la charge financière du loyer est raisonnable pour vos candidats locataires, en fonction de leurs différentes sources de revenus.

Dans le cas où la solvabilité du locataire est insuffisante, vous risquez de subir des impayés de loyer et de devoir vous retourner contre le garant, si jamais vous avez demandé la signature d’un acte de cautionnement. Dans tous les cas, le recouvrement des sommes dues risque de prendre un certain temps et de potentiellement vous mettre en situation de trésorerie tendue si des échéances de prêt se présentent à vous. Le simple calcul de la solvabilité du locataire vous permet d’éviter ce genre d’aléa et d’optimiser votre gestion locative.


Quels sont les calculs de solvabilité du locataire à effectuer ?

Pour effectuer le calcul de la solvabilité d’un locataire, vous devez enfiler une casquette de banquier et raisonner comme si le locataire vous demandait un prêt. Le loyer étant une somme mensuelle fixe, il convient de le mettre en parallèle avec ses revenus réguliers, pour s’assurer que la charge financière n’est pas trop lourde. Pour vous simplifier la tâche, nous vous détaillons les deux calculs de solvabilité du locataire généralement utilisés.

Le ratio de solvabilité d’un locataire

Le ratio de solvabilité correspond au taux d’effort des candidats locataires. Ce chiffre vous donnera une idée de leur reste à vivre mensuel après paiement du loyer, et vous permettra de comparer les dossiers reçus.

Pour calculer le ratio de solvabilité, il vous suffit de faire la somme des revenus du locataire et de la rapporter au montant du loyer majoré de la provision pour charges. Par exemple, un locataire qui touche un salaire de 1 500 € par mois et qui postule pour votre appartement dont le loyer est de 700 € et la provision pour charges de 100 € aura le taux d’effort suivant : (700 + 100) / 1 500, soit 53,30 %. Dans ce cas, le loyer apparaît élevé par rapport au salaire du locataire, ne lui laissant que la moitié de ses revenus environ pour ses autres dépenses mensuelles.

La capacité locative du locataire

La capacité locative est un autre outil de calcul de solvabilité d’un locataire. En fonction de ses revenus nets annuels, vous pouvez déterminer ce qu’il peut payer sans se mettre en danger financièrement. Le calcul consiste à diviser le revenu net annuel par 12 et à appliquer un taux de 33,3 %.

Ainsi, un locataire qui déclare un revenu net annuel de 30 000 € aura une capacité locative de 833 € par mois (30 000/12, soit 2 500, divisé par 3). Grâce à ce calcul, vous pourrez savoir si le loyer de votre bien, éventuellement majoré des charges locatives, rentre dans les possibilités financières du locataire ou non.

Les documents nécessaires pour calculer la solvabilité d’un locataire

Pour réussir à définir efficacement la solvabilité d’un locataire potentiel, vous aurez besoin de l’ensemble de ses justificatifs de revenus. Si les ressources ne sont issues que du travail, les bulletins de paye sont suffisants. Néanmoins, pour détecter les pièges d’un dossier de location, il est préférable de demander également le dernier avis d’imposition. Grâce à ce document, vous pourrez vérifier la concordance des revenus déclarés avec les salaires perçus.

Dans le cas où votre locataire a d’autres ressources (revenus fonciers, de capitaux mobiliers, allocations…) il vous faudra demander les justificatifs liés à ces revenus. Une fois tous les documents collectés, il vous sera possible d’effectuer le calcul de la solvabilité de votre locataire, et donc de vous prémunir contre les risques d’impayés.

Le saviez vous ?

Le saviez vous ?

Lors de l’analyse d’un dossier de crédit, une banque procède au même raisonnement. Cette dernière compare en effet l’ensemble de vos revenus perçus avec l’échéance mensuelle de la dette demandée. Le ratio de solvabilité accepté par les prêteurs peut aller jusqu’à 40 %.

Vous voulez devenir un expert et réussir votre projet de location ?

Tout le mag e-gérance

E-gérance newsletter

Recevez tous les mois l'actualité de l'immobilier et les informations essentielles pour gérer votre location comme un pro

Vous souhaitez faire contrôler la solvabilité d'un locataire et la véracité de ses justificatifs ?

Demander une étude